Should Corporate use Growth Hacking methods?

Startups have hijacked the Marketing stage for a few years now. New process, new tools and now models of management of Marketing have emerged thanks to the startups. They even created a specific term to crown their expertise: “Growth Hacking.” A dedicated concept with a large community all around the world has been growing steadily since 2010 and two people, Sean Ellis and Andrew Chen, made that concept global. Today you can see on LinkedIn that many profiles are “Growth Hackers” and some are part of large corporate companies instead of startups. Does it mean you need to care about the Growth Hacking methods when you are a Corporate? Quick answer: not at all. Continue reading Should Corporate use Growth Hacking methods?

Big Data overdose

It has been 10 years since software startups started selling their Big Data solutions to tap into the high level of data the Corporate groups have and are not leveraging. I was one of them. The value proposition of this new technology is impressive and could have made a dent into the traditional business. It would have been possible if we were to dismiss (1) the internal process of management, (2) the political issue that is the access to DATA, and (3) the high pressure change in focus for any company (from product to customer centricity). Yet, large corporate groups as well as SBMs are still trying to leverage. And are failing because they didn’t identify the pre-requisite of the Big Data. Continue reading Big Data overdose

What Corporates have to teach to startups

Let’s be clear. Startups have the upper hand in the news nowadays: startup X is going to make a killing in that industry, startup Y is disrupting that market, startup Z is creating a new market that would change the world. Or is it because the media industry has found itself a topic that pays out well? Would it be possible that the startup ecosystem has still many things to learn from the old fashion industries? Continue reading What Corporates have to teach to startups

Lancer une offre digitale, les pièges et les opportunités

Un article complexe mais intéressant de Tomasz Tunguz de Red Point, un fonds d’investissement, rappelle aux startups les erreurs fréquentes en terme de positionnement prix quand elles se développent. Ce sont des conseils qui s’appliquent aussi très bien aux grands groupes qui sont souvent démunis face au lancement d’une offre digitale qui est majoritairement nouveau et source de questionnement pour nos clients. Par offre, je n’entends pas du eCommerce, mais la mise à disposition d’un service, et non d’un produit, contre paiement : cela peut être un équivalent de Netflix pour un média, d’une application mobile payante comme Bankin pour une banque ou d’un service de détection de bons plans pour un voyagiste. L’utilisation des différents points de repère suivants vous permettra d’étudier plus précisément l’impact d’un tel lancement. Continue reading Lancer une offre digitale, les pièges et les opportunités

Stéphane Richard, Orange, l’uberisation des Telecom, les règles pour les éviter

Stéphane Richard a reçu un journaliste de l’Usine Digitale pour discuter de la transformation digitale du groupe qu’il dirige. Tous les sujets majeurs sont passés au crible : niveau digital de Orange, évolution de l’organisation face aux enjeux digitaux, partenariats avec les géants du Web, compétitivité face aux startups qui chassent sur ses terres, partenariats avec ces mêmes startups entre autres. Les réponses apportent beaucoup d’informations intéressantes sur la manière dont se déplace le chef de fil Français des Telecom. Continue reading Stéphane Richard, Orange, l’uberisation des Telecom, les règles pour les éviter

Médias Sociaux : réalité des chiffres contre réalité tactique

medias_sociaux_chiffres_contre_tactiqueLes médias sociaux ont pris une place importante dans l’espace médiatique. Ils sont aujourd’hui potentiellement un fort différenciateur dans le cadre de la stratégie d’entreprise. L’utilisation des nombreuses plateformes dites sociales reste cependant erratique. Etre présent sur le maximum de ces plateformes était la norme, maintenant il est nécessaire d’être tactique, focalisé sur ce qu’elles peuvent apporter comme valeur ajoutée aux objectifs d’entreprise. Le rôle des experts. Mais si ceux-ci vous parlent encore une fois la vidéo phare mais inutile de SocialNomics sur les médias sociaux, vous feriez mieux de passer votre chemin. Continue reading Médias Sociaux : réalité des chiffres contre réalité tactique

Les erreurs de débutant sur les médias sociaux

Les médias sociaux sont l’endroit où il faut être en ce moment. Les statistiques ne cessent de prouver le potentiel de ce support. C’est un lieu incontournable pour les marques, ou plutôt un lieu où l’on doit être vu, les concurrents y sont donc je dois y être. Et avoir plus d’amis qu’eux, car c’est ce que l’on me demande. Mais ne vous trompez pas d’objectif, Internet et surtout ses utilisateurs vous en voudront de ne pas les comprendre. Car sur le web, l’utilisateur pourrait bien avoir plus de visibilité que vous en tant que marque.

Les erreurs classiques sur les médias sociaux

Aller ou ne pas aller sur les médias sociaux est toujours la première question à se poser. De nombreux outils sont déjà à disposition des marques pour répondre aux besoins de leurs clients et prospects sans être présent sur les réseaux sociaux et autres forums. Mais pour ceux qui choisissent d’y aller, attention à ne pas prêter l’oreille à ceux qui expliquent qu’être sur les médias sociaux signifie “lâcher prise” ou que ce qui a fonctionné pour certaines marques fonctionnera pour vous. Bien au contraire, les médias sociaux nécessitent un maximum de contrôle et d’implication. Voici quelques unes des erreurs qui sont traditionnelles pour de nouveaux venus :

  • Investir peu sur les médias sociaux en pensant que cela rapporte beaucoup : un investissement faible peut en effet être suffisant pour générer un effet intéressant pour la marque. Cependant, cela signifie uniquement que la présence sur les médias sociaux n’est pas comparable à de l’achat d’espace, car il est nécessaire de préparer l’entreprise à la prise de parole des consommateurs, à des questions qui nécessiteront des réponses. Des questions que vous ne serez peut-être pas prêt à entendre, et des réponses qu’il vous sera impossible à fournir. Et c’est dans la mise en place de procédures pour gérer ces nouvelles situations qui ont un coût.
  • Faire ce que font les concurrents : chaque entreprise dispose de sa culture interne, de ses processus spécifiques, de ses atouts, et “casseroles” personnelles. Copier sur le voisin est alors un risque réel.
  • Faire de Facebook une nouvelle newsletter promotionnelle : Cédric Deniaud en parle longuement sur Médias Sociaux.com. Chaque outil son usage. Facebook n’est pas un support promotionnel, et n’a pas vocation à le devenir, simplement parce que ce n’est pas ce que cherchent les utilisateurs de ce réseau social lorsqu’ils cliquent sur le bouton “J’aime”.
  • Penser que les médias sociaux se limitent à Facebook et Twitter : bien avant d’aller sur Twitter, et certainement même avant d’être sur Facebook, il serait plus intéressant d’être présent sur les blogs et forums liés à votre environnement. Car ce sont eux qui font parti de votre écosystème, contrairement à Facebook.
  • Ne pas intégrer ni impliquer les collaborateurs de l’entreprise : votre première communauté est celle de vos collaborateurs et partenaires. Sans eux, vous n’avancerez pas, et pourrez même subir la frustration de ces derniers de ne pas avoir été consultés avant.

Les médias sociaux, un effet de loupe sur votre marque

La présentation faite des médias sociaux est celle d’un espace non utilisé. Il est très rarement mentionné que l’on ne peut atteindre que quelques objectifs précis sur les médias sociaux, et jamais que ce nouveau support est un effet de loupe pour les marques. Effet de loupe grossissant les problèmes que la marque peut avoir à communiquer avec ses consommateurs, effet de loupe grossissante sur les produits que la marque vend alors qu’ils n’intéressent pas les consommateurs présents sur les médias sociaux. Et effet de loupe des errements que la marque pourrait avoir, que cela soit sur les problématiques durables ou beaucoup plus simplement de service client.

Etes-vous capable de répondre aux attentes de vos consommateurs ?

Se présenter face aux consommateurs sur les médias sociaux revient souvent pour les marques à tester des opérations sans s’être préparé à converser avec les consommateurs. Et alors que l’on souhaite parler de sujets précis, l’on se retrouve à devoir répondre à des questions auxquelles l’on n’est pas prêt à répondre. Une situation très inconfortable vécue par de nombreuses marques qui se lancent parce qu’elles n’ont ni préparé l’arrivée (ou le manque de trafic) des consommateurs ni intégré les processus de gestion qui y sont liés.
Sachez qu’être présent sur les médias sociaux génère une attente simple des consommateurs, mais problématique pour les marques : répondre et converser avec ses consommateurs. Consommateurs qui connaissent bien mieux les produits et services de la marque que les personnes qui sont elles là pour parler et non répondre et échanger. Avez-vous les processus pour répondre à cette attente ?

Crédit Photo : Stéfan